Jardiner avec son Enfant Les 5 Vertus Éducatives

Jardiner avec son Enfant : Les 5 Vertus Éducatives

5 excellentes raisons d’initier son enfant aux joies du jardinage

Que l’on vive en maison ou en appartement, il est possible de jardiner avec son enfant tout au long de l’année. Bien plus qu’un endroit de détente, le jardin est un lieu d’apprentissages et de découvertes où tous les sens sont mis en éveil. Initier son enfant au jardinage c’est aussi lui donner des clés pour développer son autonomie et sa conscience environnementale. Comment le jardinage l’aide à grandir ? Quelles valeurs lui enseigne cette activité nature ? Voici 5 bonnes raisons de familiariser son enfant (de toute urgence) avec le potager

1 – Le jardinage développe la motricité fine et globale de l’enfant

La motricité fine concerne les mouvements précis et contrôlés qui sollicitent les muscles des doigts et des mains pour prendre et manipuler de petits objets. La motricité globale, elle, fait référence aux acquisitions en lien avec l’équilibre et la coordination. Ici, ce sont les grands muscles du corps qui sont mobilisés pour réaliser certains mouvements. 

Toutes deux sont essentielles pour l’autonomie de l’enfant au quotidien. Elles lui permettent d’acquérir les bons gestes et de bien les coordonner : pour manger, s’habiller, utiliser des couverts, garder l’équilibre, tenir un crayon, etc.

Le jardin s’avère être le terrain de jeu idéal pour les mettre en pratique. En effet, l’enfant a l’opportunité de réaliser des mouvements fluides et de développer sa dextérité. Il peut :

  • prendre les toutes petites graines du bout des doigts ;
  • maîtriser son mouvement de bras et de poignet pour l’arrosage ;
  • ratisser (bon pour la coordination bilatérale) ;
  • pousser la brouette pour solliciter les muscles des bras et des jambes ;
  • adapter sa technique de cueillette (plus délicate pour les framboises et plus ferme pour les pommes, par exemple) ;
  • arracher les mauvaises herbes ;
  • etc. 

2 – Jardiner avec son enfant pour lui permettre de cultiver la patience

Respecter le rythme des saisons, attendre que les saints de glace du mois de mai soient passés avant de semer, que les premières feuilles sortent de terre, que les fruits et légumes arrivent à maturité… au potager, tout vient à point à qui sait attendre ! Et c’est bien là l’un des grands enseignements de Mère Nature. Mais pas facile de patienter quand on est petit. 

Avant l’âge de 3 ans, l’enfant réagit souvent avec intensité lorsqu’il est face à une situation d’attente, puisqu’il éprouve des difficultés à comprendre le point de vue de l’autre. Plus il grandit, plus il comprend mieux la notion d’attente, même s’il ne l’accepte pas toujours. 

Toutefois, dans la nature, cultiver sa patience peut vite devenir quelque chose de très ludique. Un tas d’activités autour du jardin peuvent lui être proposées, comme : 

  • observer et reconnaître les animaux du jardin ;
  • créer des marqueurs pour les fruits et légumes ;
  • réaliser un herbier ;
  • peindre des pots de fleurs ;
  • etc.

Par ailleurs, certains légumes mettent plusieurs mois avant de pouvoir être cueillis. Alors, dans un premier temps, il est préférable de miser sur des plantes potagères faciles à cultiver telles que les herbes aromatiques, la salade ou les radis.

On peut aussi tirer profit du temps d’attente en familiarisant l’enfant avec le fonctionnement de la nature. Par exemple, on peut lui expliquer le changement des saisons ou encore l’inciter à se rendre régulièrement au jardin pour observer à quel stade de croissance en est la plante.

3 – Une activité pour sensibiliser les enfants à l’environnement et à sa protection

Il n’est jamais trop tard pour apprendre à ses enfants à prendre soin de l’environnement. Les lectures peuvent être un point de départ. Il existe d’ailleurs de très bons livres qui abordent le sujet. Néanmoins, une mise en pratique concrète est encore plus parlante !

Rapidement, les petits comprennent les conditions qui favorisent la pousse (eau, chaleur, lumière, compost, etc.). Ceci leur permet notamment de saisir l’importance de manger de saison. Et ce n’est pas tout. 

En tenant un jardin, ils prennent aussi conscience qu’il est une source de nourriture et qu’il faut en prendre grand soin pour avoir de belles récoltes. Ainsi, les enfants peuvent aider leurs parents à réaliser des décoctions naturelles pour traiter les plantes malades ou bien pailler les végétaux pour les protéger du froid hivernal.

On peut aussi sensibiliser les petits à l’environnement en aiguisant leur curiosité par des questions. Ainsi, ils observent davantage le monde vivant qui les entoure. Par exemple, on peut leur demander :

  • comment grandit la plante ? ;
  • est-ce que ses couleurs changent ? ;
  • quelles petites bêtes viennent lui rendre visite ? ;
  • est-ce qu’elle les apprécie ou bien la dérange ? ;
  • etc.

Au fur et à mesure, on peut leur expliquer l’intérêt du compagnonnage des plantes, de la rotation des cultures, du compost ou encore l’impact des pesticides chimiques. De plus, le jardinage est un bon moyen de parler de la biodiversité en abordant, par exemple, le rôle des insectes pollinisateurs et des petits auxiliaires.

4 – Le jardinage encourage l’enfant à essayer et persévérer

Un enfant qui apprend à persévérer relève des petits défis et développe sa confiance en lui. Cela lui donne aussi le goût d’essayer à nouveau tout en favorisant peu à peu son autonomie. Ça tombe bien puisque le jardinage, c’est une grande histoire d’expérimentations et de persévérance. 

Mettre des graines ou des semis en terre ne suffit parfois pas à avoir des résultats concluants. Un sol pas assez riche ou humide, la perte du pouvoir germinatif des semences conservées trop longtemps, une invasion de fourmis… les raisons sont nombreuses ! Il faut alors tenter de comprendre ce qui n’a pas été et recommencer.

Le plus important ici, c’est d’apprendre à son enfant que les difficultés rencontrées permettent de faire mieux la fois suivante. Et si on lui laissait une petite parcelle, ou une jardinière, dont il serait le seul responsable ? Il pourrait y exprimer librement ses propres choix et tester ses idées, n’est-ce pas ?

5 – Une activité qui lui apprend à s’organiser

Cela n’en a peut-être pas l’air, mais jardiner demande un bon sens de l’organisation. Pour faciliter la culture et la récolte des fruits et des légumes, il est nécessaire de penser à plusieurs points essentiels tels que : 

  • la préparation du sol (désherber, dégrossir, aérer, etc.) ;
  • l’espace à réserver (plus d’espace pour les pommes de terre ou les courges par exemple) ;
  • le choix de l’emplacement des futures plantations (les associations à privilégier et à éviter) ;
  • l’aménagement pour anticiper la rotation des cultures ;
  • etc.

Ensuite, il faut une certaine régularité et de la vigilance pour planter selon le calendrier du potager, arroser, enlever les mauvaises herbes, etc. 

Tout bien pensé, on pourrait presque comparer le jardin à la chambre : ici aussi, on ne laisse pas tout en bazar à la fin de la journée. Comme les jouets, chaque outil de jardinage se range à sa place pour pouvoir les retrouver facilement la fois prochaine.

Décidément, il semblerait n’y avoir que des avantages à inscrire son enfant à l’école de la nature !

Sources : 

Apprendre la patience. Naître et grandir [en ligne]. Disponible sur : https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/comportement/fiche.aspx?doc=bg-naitre-grandir-faire-patienter

Les 7 secrets pour apprendre aux enfants à cultiver leur potager. Les Petits Radis [en ligne]. Disponible sur : https://lespetitsradis.fr/blog/les-7-secrets-pour-apprendre-aux-enfants-a-cultiver-leur-potager-n237#:~:text=Apprenez%20leur%20%C3%A0%20%C3%AAtre%20patients%2C&text=Expliquez%20leur%20bien%20le%20rythme,de%20croissance%20est%20la%20plante 

Thématiques

Explorez l'univers d'IEE