choisir le sexe de son bébé

Est-il possible de choisir le sexe de son bébé ?

Choisir d’avoir une fille ou un garçon

Vous avez déjà deux garçons et vous voulez une fille ? Ou vous souhaitez absolument que le genre de votre premier enfant soit masculin ? Quelles que soient vos raisons, sachez qu’il existe des méthodes pour choisir le sexe de votre bébé. Certaines sont naturelles, mais leurs résultats n’ont pas été prouvés. Il y a aussi des techniques scientifiques, plus controversées. Choisir le sexe de son bébé : comment faire.

Les méthodes naturelles

Le régime alimentaire

Connue sous le nom de la « méthode Papa » car elle a été développée par le Dr François Papa, gynécologue, cette technique a été testée par de nombreux parents. Sa théorie ? Certains aliments pourraient modifier les sécrétions vaginales et influencer l’acheminement des spermatozoïdes. De nombreuses études établissent le taux de réussite de cette manière de faire à 80%. Attention, car entreprendre un régime peut engendrer des complications comme du diabète, une hypercalciurie ou une insuffisance rénale. Il est conseillé de discuter avec son médecin avant d’entreprendre quoi que ce soit.

Pour avoir une fille, il faudrait privilégier les aliments riches en calcium et en magnésium, mais pauvres en potassium et en sodium. Il faut donc manger et boire un maximum de laitages, mais pas de fromage. Les œufs, la viande blanche et le poisson sont également préconisés. Pour augmenter ses chances d’avoir un garçon, c’est le contraire : il faut du potassium et du sodium aux repas, mais évitez à tout prix le calcium et le magnésium. Exit le lait et les petits-suisses, mais vous pouvez vous lâcher sur la charcuterie, les pâtes et les desserts. Moins difficile à suivre, ce régime peut cependant vous faire prendre beaucoup de poids.

La méthode Selnas

En 1995, le Dr Patrick Schoun proposait une sélection naturelle du sexe du bébé. Selon ce médecin, l’ovule serait doté d’une polarité électrique variable. 70 jours par an, elle est positive et attirerait les chromosomes X pour faire une fille. À l’inverse, lorsqu’elle est négative, là aussi 70 jours par an, ce seraient les chromosomes Y qui seraient attirés. Dans ce cas, des garçons seraient créés. Le reste de l’année, l’ovule est neutre, donc vous avez autant de chances d’avoir une fille que d’avoir un garçon. Si cette méthode vous tente, vous devez contacter un laboratoire spécialisé qui vous aidera à mettre un planning en place.

Les rapports sexuels en fonction de la date d’ovulation

Dans les années 1960, le Dr Landrum Shettles a déclaré que les spermatozoïdes Y sont plus petits que les X. Les premiers sont donc plus rapides et habiles, tandis que les autres sont plus résistants. Par conséquent, cela signifie que si vous avez des rapports autour de la date d’ovulation, les chances d’avoir un garçon sont plus élevées. Si vous essayez de faire un bébé 3 à 4 jours avant ou après l’ovulation, il y a plus de chances que ce soit un spermatozoïde X, donc fille, qui féconde l’ovule. Sachant que la date d’ovulation est toujours imprécise, c’est une technique très difficile à suivre.

La position

Selon des experts, certaines positions sexuelles pourraient aider à tomber enceinte. Ce qui est moins connu, c’est que certaines d’entre elles pourraient favoriser l’arrivée de chromosomes X ou Y. Par exemple, si vous voulez un garçon, faites l’amour debout ! Cette théorie n’est toutefois pas validée par quelconque étude scientifique.

Choisir le sexe de son bébé : les méthodes médicales

La méthode Ericsson

À la base de cette méthode, le tri des spermatozoïdes au cours d’un diagnostic préimplantatoire, ou DPI. Aussi connue sous le nom « différenciation chromosomique », elle est surtout utilisée pour éviter certaines maladies génétiques. C’est le cas pour l’hémophilie qui ne touche que les garçons. Une fois les spermatozoïdes triés, la femme est soumise à une fécondation in vitro (FIV). La méthode utilisée n’est pas encore au point à 100%, elle fonctionne surtout si l’on veut avoir une fille. Aux États-Unis notamment, de nombreuses cliniques proposent la sélection sexuelle. Une fois prélevé, le sperme composé de spermatozoïdes X ou de spermatozoïdes Y uniquement est injecté dans l’utérus de la femme. Toujours en Amérique, il est même possible de choisir la couleur des yeux et des cheveux de son enfant ! 

L’avortement sélectif

Cette méthode pas du tout éthique est interdite en France, et c’est tant mieux ! Elle reste tout de même accessible aux femmes qui pourraient transmettre une maladie génétique à leur bébé. En général, les parents peuvent connaitre le sexe de leur enfant à partir de la 22e semaine de grossesse. S’il y a un risque potentiel, le corps médical peut dépister le genre du bébé dès la 8e semaine de grossesse grâce à une prise de sang. Dans certains pays dans lesquels il est mal vu d’accoucher d’une fille plutôt que d’un garçon, l’avortement sélectif est courant, même si la procédure est globalement réalisée de façon clandestine.

Choisir le sexe de son bébé est un sujet qui fait polémique. Souvent, on entend dire que tant que l’enfant est en bonne santé, son genre ne devrait pas avoir d’importance. Il n’y a rien de mal à tenter une méthode naturelle, sans prendre les choses trop au sérieux. Laissons les procédures médicales pour les cas ou cela est vraiment nécessaire. Futurs parents, découvrez sans attendre le guide audio Le parent parfait n’existe pas.

Sources :

https://www.santemagazine.fr

https://www.parents.fr

Thématiques

Explorez l'univers d'IEE