Se connecter

L’école des parents-créateurs

Daniel Haué, médecin de l’éducation et pédopsychiatre

Une approche différente de la psychologie des enfants et adolescents

  • L’école des parents-créateurs

« Et une femme qui tenait un bébé sur son sein dit : « Parle-nous des enfants ».

Il répondit : « Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même

ls viennent à travers vous mais non de vous.

Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non vos pensées, Car ils ont leurs propres pensées.

Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,

Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,

Pas  même dans vos rêves.

Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas

De les faire comme vous.

Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés(…)

Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie. » Le prophète,  Khalil Gibran

Voici le texte de la première page de mon livre de ce magnifique poète inspiré libanais qu’était Khalil Gibran que je lis aux parents en consultation après avoir posé la « question clé » à leur enfant qui est dans mon cabinet :

– « A qui appartiens-tu ? » et je demande aux parents de ne pas intervenir en leur expliquant  qu’on fait grandir les enfants en leur posant les justes questions et en les laissant trouver le plus possible eux-mêmes la réponse.

Bien entendu, la plupart du temps, il va répondre : « A maman ! »

– « Eh bien non, tu n’appartiens pas à ta maman ! Continue à chercher ! »

Puis j’entends souvent « à papa, mamy, papy, parfois à mon frère ou ma sœur, mon chien ou mon chat !! »

– « Tu appartiens à une personne que tu connais bien de ta famille ! Qui à tu oublié ? »

Très long silence….

– « A moi ? » Je lui demande de répéter ce qu’il à dit.

– « A moi ? » Je l’applaudis et je lui dis :

– « Bravo, oui tu n’appartiens qu’à toi et la Vie te demande de te prendre en charge toi-même et de grandir pour devenir responsable de toi-même et de te rendre heureux. Elle te demande aussi de t’aimer toi-même pour pouvoir aimer les autres ! Et la Vie demande à tes parents de t’accompagner sur ce chemin en te guidant et te donnant des limites. Les parents, êtes vous d’accord avec mes paroles ? »

– « Absolument ! » Ai-je comme réponse.

J’ai conscience que je détruis des fausses croyances de mères qui disent parfois à leur enfant : « Tu seras toujours mon bébé ! », paroles « empoisonnées » que je nomme « une malédiction » pour son enfant. Après avoir expliqué que c’était comme si il était enfermé pour toujours dans une cage, je propose à la mère, si elle le sent dans son cœur, d’écrire ces paroles sur un papier et de les déchirer solennellement en petits morceaux dans ma poubelle que je mets sur mon bureau. Elle reçoit alors pleins d’applaudissements.

Je l’invite alors à demander pardon à son enfant, ce qu’elle fait souvent sans hésitation. Je demande alors à l’enfant s’il accepte la demande de pardon de sa mère. C’est toujours l’acceptation avec une embrassade chaleureuse très émouvante !

Le « trésor » étant pour moi le bébé et l’enfant, j’ai voulu transmettre le plus d’enseignement possible aux parents pour qu’ils apprennent à leur enfant à grandir et se prendre en charge lui-même pour s’épanouir et réussir sa vie. Voir « L’école des parents-créateurs » sur mon site internet :  www. grandir-pour-guerir.fr

Message aux Parents : C’est l’EXEMPLE que vous allez donner à votre enfant qu’il va suivre, et Non ce que vous lui demanderez de faire. La priorité est l’école de la Vie : permettre à votre enfant de construire une belle estime de lui, en le guidant dans la découverte de toutes les richesses qui sont en lui. Il pourra alors développer une image juste et valorisante de lui-même et une belle confiance en lui qui favorisera sa réussite, à travers les actes de la vie quotidienne, en fortifiant l’autonomie et la responsabilisation de lui-même.

Non seulement, il construira son épanouissement, sera rempli de joie de vivre et « bien dans sa peau », mais, il aura aussi le plus de chances possibles de réaliser une bonne réussite scolaire et professionnelle.

Vouloir, pour un parent, la réussite scolaire en premier est un but bien compréhensible, mais, c’est comme immoler son enfant sur l’autel du sacrifice au « dieu » du Savoir !

Cela risque fort d’aboutir à un échec de sa vie personnelle.

C’est l’école de la vie qui est prioritaire.

Le chanteur John Lennon a raconté : «  Quand je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être quand je serai grand. J’ai répondu : « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie ».

  • Comment les enfants sont devenus mes plus grands professeurs ?

Des dizaines d’enfants m’ont révélés des secrets de famille dont ils n’avaient jamais entendus parlés dans le langage symbolique de leurs dessins libres ou dans leur cauchemar. Par exemple, pour 4 enfants qui ont dessinés des dinosaures méchants, j’ai retrouvé dans leurs familles un homme meurtrier qui avait  tué ! Dés que je disais à l’enfant qui était le l’homme-tyrannosaure ou l’homme-veloceraptor, cet enfant était instantanément libéré de ses terreurs nocturnes.

Vers 3 ans, ils peuvent même être « des enfants uniquement symptômes » de la souffrance maternelle en exprimant par leurs troubles, souvent bruyants, les souffrances qu’ils ressentent dans les profondeurs de l’inconscient maternel comme l’histoire de Justin http://grandir-pour-guerir.fr/grandir_pour_guerir/troubles-psychiques

Ils m’ont emmené dans cette aventure extraordinaire de la psychogénéalogie qui ne m’avait jamais été enseignée à la faculté lors de ma spécialité de pédopsychiatre!

Il est possible de voir sur le site la galerie d’une dizaine de dessins révélant des secrets de famille http://grandir-pour-guerir.fr/grandir_pour_guerir/

  • Le syndrome de Peter Pan chez l’enfant :

 Par ailleurs, au fil de ces vingt années de recherche, j’ai retrouvé derrière des troubles aussi variés qu’ « hyperactivité, troubles de l’attention et du langage, retard scolaire, dyslexie, énurésie et encoprésie, dépression, grandes angoisses, comportements tyranniques et violents, voire syndromes autistiques …» un refus de grandir, inhérent à une grande terreur ressentie in utero ou vécue lors de la petite enfance.

Face à ces peurs, l’enfant choisit de fuir et va comme dire à sa mère : « Maman, j’ai trop peur de grandir ; je ne trouve pas la confiance et la sécurité en moi, je veux redevenir ton bébé et remettre toute ma sécurité et ma confiance en toi ».

L’enfant bloque alors sa véritable personnalité unique avec refus de grandir et désir de rester « le bébé » de sa mère. Si celle-ci l’appelle : « mon bébé, mon poussin, ma puce, mon chaton, etc. », elle favorise ce processus de régression. De même, si elle utilise avec son fils les mots du code amoureux réservés à l’homme amoureux tels que « mon chéri, mon cœur, mon amour », elle renforce inconsciemment l’attachement de son fils, déjà en proie au complexe d’Œdipe qui fait que tout petit garçon est amoureux de sa mère et veut se marier avec elle.

Dés que l’enfant décide de grandir avec l’aide de ses parents, il pourra petit  à petit voir disparaitre les symptômes pour lesquels il est venu consulter. Daniel Haué

Son parcours professionnel singulier :

Depuis 2001, le Dr Daniel Haué exerce comme pédopsychiatre après avoir pratiqué la médecine générale pendant 19 ans. Son approche globale du patient et de sa famille lui a permis de porter un regard différent sur les problèmes psychologiques et psychiatriques des enfants et adolescents. Il a commencé a parlé du Syndrome de Peter Pan chez l’enfant en 2006 aux médecins et pédiatres de Compiègne et de sa région. Puis, il a fait 2 conférences européennes sur ce sujet à Lugano en suisse en 2007 et à Athènes en 2009.

En 2012, il créé son site internet afin d’offrir aux parents à travers « l’école des parents » un éclairage différent sur les problématiques de leurs enfants et leur apporter le plus d’éléments pédagogiques pour aider leur enfant à guérir dont « Les huit clés de la guérison » expliquées par des vidéos http://grandir-pour-guerir.fr/grandir_pour_guerir/guerir

Pour aider les adolescents, il a réalisé aussi sur ce site deux diaporamas intitulés :

– « L’école de l’amour de soi même »

– « L’école des amoureux ».

Ces diaporamas figurent dans un chapitre intitulé : « l’école de la vie pour les adolescents » http://grandir-pour-guerir.fr/grandir_pour_guerir/prevenir

En 2018, il fait éditer son livre : «  Le refus de grandir- Le syndrome de Peter Pan chez l’enfant», Edit. Grancher qui comporte de nombreux témoignages vivants et concrets d’enfants et d’adolescents qu’il a accompagnés sur le chemin de grandir et de libérer toutes les belles forces de vie qu’ils avaient bloquées en voulant rester le bébé ou le petit de leur mère. La libération de ces belles forces de vie va tout naturellement faire diminuer et très souvent disparaitre les troubles psychologiques pour lesquels ils sont venus consulter. Il permet au lecteur d’« assister » à des consultations et montre un grand nombre de dessins réalisés par ces jeunes patients mettant en lumière leur souhait de ne pas grandir et dont certains révèlent des secrets de famille qui n’avaient pas été portés à leur connaissance.

0 responses on "L’école des parents-créateurs"

Laisser un message

Conception © Neo-bienêtre