Se connecter

La gestion des émotions à l’école





Julie, animatrice dans une école de la région de Bordeaux, s’occupe d’enfants âgés de 3 à 5 ans. Dans un de ces cycles, elle a choisi, en accord avec ses collègues animateurs, de traiter de la gestion des émotions avec ses élèves. Pas toujours facile, mais comme le dit si bien l’adage « Quand on veut, on peut ». Elle a donc réussi à amener ses élèves à se reconnecter à eux-mêmes.

Dans un cycle, qui équivaut à 6 semaines, il est nécessaire que les enfants puissent s’exprimer grâce à divers moyens : l’art plastique, les jeux collectifs, la lecture, les jeux de société et les jeux de construction. Et oui beaucoup de jeux, car c’est par cela que l’on apprend le mieux !

Le cycle de la gestion des émotions s’est déroulé en plusieurs temps. Tout d’abord, l’animatrice et les enfants ont imprimé des masques à émotions. Le but ? Faire une grande frise des émotions, allant de l’émotion la plus positive à l’émotion la plus négative. Les masques représentaient divers tableaux comme La Joconde ou le cri de Munch. Les élèves devaient ensuite se positionner sur la frise par rapport aux émotions qu’ils ressentaient. Cela leur permettait de verbaliser leurs émotions, en prenant conscience de celles-ci. Mettre en mot ce que l’on ressent pour pouvoir prendre du recul et relativiser…

Dans la continuité du premier, le deuxième cycle a mis en lumière le thème des rêves et cauchemars. Les enfants avaient alors l’opportunité de pouvoir exprimer les émotions qu’ils avaient ressenti au réveil, ce qui leur faisaient du bien.

Et les bénéfices dans tout ça ?

Les enfants se sentent plus posés et voient qu’il n’y a pas de mauvaise émotion. Et oui même la colère est une bonne émotion ! Et la sortir permet de s’en détacher. Pour sortir la colère, Agathe, sophrologue, propose aux enfants plusieurs solutions. Il y a les valises : se crisper fort fort fort puis tout lâcher d’un coup ; ou encore on peut écraser sa colère en sautant dessus. Une autre option ? Se recentrer en respirant et en faisant de grands cercles avec ses bras.

Autre bénéfice dans la gestion des émotions : le regain de confiance en soi ! En les prenant en considération, les enfants ne se sentent plus victimes mais bien responsables de leurs émotions. Par exemple, s’ils se sentent frustrés parce qu’ils veulent le même vélo en même temps, les enfants vont tenter de trouver une solution avec l’aide de la maîtresse. L’enfant 1 s’en servira pendant 20 min jusqu’à ce que l’enfant 2 prenne le relais. Ils passent alors de frustrés à contents, heureux d’avoir pu trouver une solution à cette problématique.

Cela peut paraître anodin car on ne parle que de vélos pourtant c’est un processus qui se met en place et qui leur servira au quotidien pour gérer des obstacles auxquels ils auront à faire face toute leur vie. Alors pourquoi attendre ? Commençons dès maintenant !

Plus d’informations…

Pour faire connaître les grandes émotions à votre enfant, rien de tel que de lui faire découvrir le film Vice Versa, qui retrace la vie d’une petite fille et de ses principales émotions : la peur, la tristesse, la joie, la colère et le dégoût.

Vous pouvez également retrouver des dictionnaires ou définitions des émotions, en vous rapprochant de la Communication Non Violente.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

/// INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER ///

Votre email (obligatoire)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

0 responses on "La gestion des émotions à l’école"

Laisser un message

Conception © Neo-bienêtre  
X