Se connecter

Ikigaï, la méthode japonaise pour trouver sa mission de vie

Vous ressentez le besoin de donner un sens à vos journées ? C’est la vocation de l’ikigaï, une méthode tout droit venue d’Okinawa, au Japon, qui aiderait à trouver sa mission de vie. Littéralement le terme se traduit par “ raison d’être “. Il suffit d’un carnet, d’un stylo et d’un peu de temps libre pour explorer cette méthode ! Explications…

A Okinawa, dans le sud du Japon, la population a une espérance de vie largement supérieure à la moyenne mondiale (environ 50 centenaires pour 100 000 personnes). Son secret ? Une alimentation saine, de l’exercice physique et… l’ikigaï !

C’est quoi l’ikigaï ?

L’ikigaï veut apporter la réponse à la fameuse question : “ Pourquoi je me lève le matin et pourquoi ma vie vaut la peine d’être vécue ? “. Ce concept japonais est l’un des six facteurs expliquant la longévité exceptionnelle des habitants de l’archipel d’Okinawa, situé au sud-ouest du Japon. Selon cette méthode, chaque personne a sa propre mission de vie, il suffit de la trouver. La vôtre se trouve là, à la croisée de quatre chemins :

  • Ce que vous adorez faire ( la passion )
  • Ce dont le monde a besoin ( la mission )
  • Ce pour quoi vous pouvez être payé ( la profession )
  • Ce pour quoi vous êtes doué ( la vocation )

La méthode :

Votre mission, si vous l’acceptez, va être de poser des actions concrètes pour avancer dans la bonne direction. Pour cela, le seul matériel dont vous avez besoin est un carnet neuf, qui vous sera utile lors de votre recherche et vos moments d’introspection.

Se retrouver avec soi-même

La 1ère étape, et la plus importante pour trouver son ikigaï, c’est de revenir à la base, c’est à dire vous. Ceci peut commencer par des questionnements tels que  “ Où j’en suis ? “, “ Ai-je besoin de changement ? “, “ Qu’est-ce que je désire ? “, “ Qu’est-ce que j’aime faire tous les jours ? “, “ Comment je peux me faire du bien tout en servant les autres ? ”. L’important, c’est le caractère régulier de ce rendez-vous avec soi-même, ainsi, ces questions doivent devenir des rituels. Pour répondre à ces questions, il faut d’abord se recentrer sur soi en instaurant des rituels méditatifs au moins une fois par jour. Le but ? Faire le vide, observer ses pensées et les analyser. Ces moments de déconnexion, on peut les trouver à travers la marche, le dessin, le sport, le jardinage, l’écriture, etc. Chacun le sien, pourvu qu’il soit dédié à l’accueil, à l’écoute et à l’étude des réponses qui nous viennent.

Creuser ses envies

Mais comment répondre à ces interrogations quand on n’a pas vraiment de passion, d’intérêt particulier ? Pas évident de trouver son ikigaï lorsqu’on a toujours fait un travail que l’on considère comme “ alimentaire ”. Mais pas impossible pour autant. Dans ces cas-là, plusieurs méthodes : Vous pouvez vous tourner vers ce qui vous rend curieux, ce qui vous intrigue. Parce qu’une curiosité peut se muer en un projet, et un projet en un business. Vous pouvez également remonter le temps pour vous rappeler quel était votre rêve d’enfant. Ensuite, vous pouvez vous connecter à ce qui vous procure de la joie : chaque soir, notez dans votre carnet trois moments heureux de votre journée. À la relecture de ce carnet, vous pourrez peut-être trouver des éléments qui reviennent, des activités, des contextes, des personnes… Enfin, une voie un peu plus désagréable mais très efficace, vous pouvez vous intéresser à ce qui vous rend jaloux, puisque la jalousie révèle notre désir. En se penchant sur ce sentiment, on parvient à comprendre les aspirations qui se cachent derrière.

Trouver sa zone de brillance

Plus un job nous ressemble, plus on a la possibilité d’y exprimer ce que l’on a de meilleur, plus on est heureux. Pour atteindre cet idéal, nous devons trouver notre “ zone de brillance ”, c’est-à-dire le domaine dans lequel on est doué et qui nous inspire. Pour cela, notez toutes les qualités que vous vous trouvez et que votre entourage vous attribue. Choisissez-en trois dont vous ne vous passerait pour rien au monde : elles représentent votre zone de brillance. Ensuite, on réfléchit sur la façon dont on peut cultiver ces vertus, les incarner dans son quotidien, en les transformant en une activité professionnelle. Par exemple, un excellent pédagogue peut décider de se reconvertir dans l’enseignement, tandis qu’une brillante dessinatrice peut enfin s’autoriser à mettre en vente ses créations. On médite dessus, seul ou accompagné d’un coach ou d’un thérapeute, on prend des notes. Surtout, on prend son temps.

Garder confiance

Tout changement nécessite du courage, de la patience et de la confiance. Ainsi, ne laissez pas vos peurs ou votre ego vous freiner. En se fixant des objectifs trop hauts, on finit souvent par être incapable de les atteindre, paralysé par la peur de ne pas y arriver. Pour ne pas se mettre des bâtons dans les roues, mieux vaut commencer petit, en posant une action simple à réaliser, puis une autre, puis une autre… Quelle que soit l’action que vous vous êtes proposé de faire, si la prochaine vous semble trop difficile, c’est que vous avez besoin de la fractionner en une action plus petite. Préparez-vous également à échouer plusieurs fois avant de réussir à mener à bien votre projet et trouvez le bon moment avant de vous lancer à fond. Vous avez de la valeur, alors faites-vous confiance et agissez comme si vous étiez déjà la personne que vous voulez devenir.

S’entourer des bonnes personnes

Notre entourage définit littéralement nos expériences, nos émotions et donc notre vie. Ainsi, entourez-vous de personnes aux bonnes énergies, qui sauront vous soutenir sans vous juger ni vous décourager dans votre recherche. Un parent, votre conjoint, un ami, un professeur… Ils vous seront utiles quand, en proie au doute, vous manquerez de recul. Il est important de renouer ou de renforcer le lien que vous avez avec elles, afin de profiter de leurs encouragements ou de leurs compétences. À l’inverse, éloignez-vous des personnes négatives qui prodiguent des conseils non sollicités, projettent sur vous leurs propres angoisses, bref, qui ne vous souhaitent pas tellement du bien… Il y existe tout un tas de moyens de  s’entourer de personnes inspirantes, recherchez-les !

Pour aller plus loin on vous recommande le TEDx de Julien Peron ” L’éducation à la vie”

0 responses on "Ikigaï, la méthode japonaise pour trouver sa mission de vie"

Laisser un message

Conception © Neo-bienêtre